2019(e)ko urtarrilaren 10(a), osteguna

Processus de paix : des prêtres du Pays Basque en soutien à l'appel du 12 janvier 2019

Le 12 janvier prochain, des dizaines de milliers d'hommes et de femmes vont dans les rues et avenues de Bayonne et Bilbao témoigner de leur volonté, de leur détermination, à construire, pas à pas, les conditions d'une paix juste et durable au Pays Basque.
          Des pas ont été fait -nombreux et importants- depuis ce jour du 17 octobre 2011 où la Conférence d'Aiete lança le dit processus de paix au Pays Basque. Fin de l'usage de la violence. Désarmement de l'ETA. Autodissolution de l'ETA. Manifestations nombreuses, en faveur de la Paix. Engagement  de personnes de tous horizons politiques, sociaux, confessionnels et autres.
          Ces pas ont été autant d'actes de foi en des lendemains sans violence, en un avenir basé sur le respect strict des droits de l'Homme.
          Aujourd'hui l'heure est au règlement de la question des prisonnier-e-s. L'urgence et le principe de réalité historique nous y obligent.
          A l’occasion du Jubilé du monde carcéral, les 5 et 6 novembre 2016 à Rome, le pape François avait souhaité une amélioration des conditions de vie dans les prisons et demandé aux autorités civiles de faire acte de « clémence » à l’égard des détenus jugés aptes à réintégrer la société. Le Saint-Père avait réaffirmé l’importance d’une justice pénale qui ne soit pas exclusivement « punitive » mais ouverte à « l’espérance et à la perspective d’une réinsertion du prisonnier » dans la société.
          Les prisonnier-e-s basques par leur engagement -répété et acté- au service de la construction du processus de paix ont fait montre de leur volonté de réintégrer la société. Une société nouvelle, basant son vivre ensemble sur des principes de vie et de concorde.
          Il n'est pas question de renier les blessures du passé mais de construire l’avenir de ce territoire de manière sereine et apaisée, en prenant  en compte la situation des prisonniers, mais aussi la reconnaissance des souffrances de toutes les victimes, préalable incontournable à la mise en place d’un processus de paix solide et durable en Pays Basque.
Les Artisans de la Paix en appellent une nouvelle fois au Gouvernement français
Pour le rétablissement des bases du dialogue engagé en 2017 –à ce jour suspendu- afin d’avancer ensemble sur le rapprochement des prisonniers et sur la libération de ceux qui sont malades ou en fin de peine.

Pour, ni plus ni moins, l’application du droit commun, nous, prêtres du Pays Basque, voulons manifester notre engagement en faveur du processus de paix et nous nous joignons à l’appel des Artisans de la Paix.

Benat AMESTOY, St Jean Pied de Port
Adolphe ANCHORDOQUY, Cambo
Xipri ARBELBIDE, prêtre Bayonne, journaliste
Ttotte ARDOHAIN, Mission Ouvrière St Palais
Maurice ARHETS, Mauleon
Jean Michel BARNETCHE, Ustaritz
José BOURAU, Mission Ouvrière Bayonne
Jean Pierre CACHENAUT, Ascain
Raymond CARACOTCHE, Macaye
Pierre DUFOURCQ, St Jean de Luz
Jean ELICAGARAY, Saint Pée sur Nivelle
Mikel EPALZA, Socoa
Johane ERBIN, Mauleon
Dominique ERRECART, Hasparren
Jeannot ETCHETO , Tardets
Jean ETCHEVERRY, Aldudes Urepel
J Pierre ETCHEVERRY, St Jean Pied de Port
Benat FOURGS, Hendaye
Remi GALVAN, Labastide Bardos Bidache
Philippe HARISTOY, Anglet
Dominique HIRIGARAY, Ciboure
Pierre IRATCABAL, Bayonne
Arnaud IROLA, Bayonne
André ITHURBIDE, Ustaritz
Joachim JAUREGUI, Cambo
Bernard LAGOURGUE, Bayonne
Michel LAHET, Laroin
Cyprien LAMARQUE, MO Bayonne
Lionel LANDART, St Jean de Luz
Jean Marc LAVIGNE, MO Hendaye
Marcel MANHAGUIET, Hendaye
Jean Paul MARTINON, Bidart
Sauveur MARTINON, MO Uztaritz
Robert MENDIBURU, MO Bayonne
J Baptiste MOUNHO, Souraide
Jean NOBLE , Mission Ouvrière Boucau,
Philippe PARTARIEU, Accous
Jean René PREDAIGNE, St Pierre d'Irube
Joseph RUSPIL, Larceveau
Ttotte  SALDUBEHERE, Iholdi

 





2018(e)ko otsailaren 2(a), ostirala

Belokeko elgarretaratzea 2018. urtarrilaren 21an - Abbaye de Belloc le 21 janvier 2018



« Pour la paix au Pays Basque et dans le monde » 
avec Atxik Berrituz le 21 janvier 2018 à Belloc.

“Bakearen alde Euskal Herrian eta munduan”
Beloken urtarrilaren 21an Atxik Berrituz elkartearekin


Environ 250 personnes se sont rassemblées dans l'église de Notre-Dame de Belloc pour chanter et prier pour la paix mais aussi pour s'informer et réfléchir sur le processus de paix en cours.

Témoignages de quatre Artisans de la Paix : 
  • Peio Dufau, militant syndicaliste ;
  • Anne-Marie Michaud, enseignante à la retraite ;
  • Jean-Daniel Elichiry, éducateur spécialisé et directeur du centre Atherbea de Bayonne
  • l'abbé Robert Mendiburu, prêtre à la paroisse Saint Vincent de Paul à Bayonne.
Ecouter les témoignages.


Kantu, olerki, Bezperetako salmo eta kantu batzuk ; Mikel Epalza apezaren predikua.

Entzun hemen - Ecouter des extraits des chants, des vêpres et l'homélie de l'abbé Mikel Epalza.



Jondoni Paulok Efesoarreri 4, 1-6.

Nik, Jaunarengatik preso nagonak, ukan duzuen deiari doakion bezala bizi zaitezten eskatzen dauzuet. Izan apal, ezti eta bihotz zabal ; elkar jasan zazue maitasunez. Berma zaitezte Izpirituak emaiten duen batasunaren begiratzera, elkartzen zaituzten bakeaz. Bakarra da gorputza eta bakarra Izpiritua, Jainkoak deitu zaituzten esperantza ere bakarra den bezala; bakarra Jauna, bakarra fedea, bakarra bataioa, bakarra guzien Jainkoa eta Aita, guzien gainetik dagona, guzien bidez ari eta guzien baitan bizi dena.


Lettre de saint Paul Apôtre aux Ephésiens 4, 1-6.

Moi qui suis en prison à cause du Seigneur, je vous exhorte donc à vous conduire d’une manière digne de votre vocation : ayez beaucoup d’humilité, de douceur et de patience, supportez-vous les uns les autres avec amour ; ayez soin de garder l’unité dans l’Esprit par le lien de la paix. Comme votre vocation vous a tous appelés à une seule espérance, de même il y a un seul Corps et un seul Esprit. Il y a un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême, un seul Dieu et Père de tous, au-dessus de tous, par tous, et en tous.


Commentaire de l'abbé Mikel Epalza

Trois points :
- L’ESPRIT SAINT est à l’œuvre dans le processus de paix au Pays basque. S’émerveiller.
- Le chemin de paix d’aujourd’hui fruit du travail depuis des années. Merci
- « Je vous donne ma Paix ! » une Eglise qui ne regarde pas à côté, mais qui prend sa part avec ses moyens, avec la prière, l’engagement baptismal.

1/ Bakeari buruzko ainitz mezu eder eta sakon entzun ditugu atsalde huntan. Hiru pundu hunkituko ditut. Lenenik, izpiritu sainduaren presentzia bake bidean. Jondoni Paulok derauku «berma zaitezte Izpirituak emaiten duen batasunaren begiratzea, elkartzen zaituzten bakeaz».
Azken 7 urte hauetan, sekula ez bezala elkartuak gaude Bake bideetan. Armak ixildu dira eta bakea dugu gogoetan eta ekintzetan. Askatasun eta zuzentasun asmoak gauzatzeko ez dugu geiago odolik ixurtzen, baizik eta elgar errespetatzen eta juntatzen gira. Michel Labegueri, bere kantuan ‘Bakearen urtxoa’ , beha zagon ean noiz pausatuko zen bakearen urtxoa Euskal herri gainean. Hortan gira ; bakearen urtxoa gure artean pausatu da. Hore izan da egungo Berri ona :denborak betak dira Krisoren erresuma gure artean da .
Sinesten dugu, Jondoni Paulo bezala, Izpiritu saindua ari dela lanean Gure esku dauden bake bideetan. Gizarte zibilak bereganatu ditu bake bideak, geiago dena bere baitatik jalgi izan dira bake artesauak Loria gaitezen Bake bideak Izpiritu sainduaz beteak direlakotz.

Du fond de sa prison Paul use de sa liberté intérieure pour demander aux chrétiens d’Ephèse de se supporter, de s’entraider avec patience. Paul le chef de bande, responsable de la lapidation d’Etienne, est écouté par les communautés chrétiennes car il est aussi le converti, l’apôtre des nations, le passionné de l’évangile du Christ. Il indique aux communautés la direction à suivre: garder l’unité dans l’ESPRIT par le lien de la paix. Nous croyons que sur les chemins de Paix ouverts au Pays BASQUE et ailleurs, l’ESPRIT SAINT est aussi à l’œuvre ! C’est le premier point
Les prisonniers d’aujourd’hui ont usé de leur liberté intérieure pour nous interpeler «arrêtons les armes. Unissons-nous par le lien de la paix ! » Les auteurs d’attentats d’hier devenus artisans de paix ont été écoutés par la société. Désormais, on peut défendre un idéal de liberté et de justice en se parlant et non en s’entre-tuant ! Nous croyons que l‘Esprit Saint est à l’œuvre dans ces conversions vécues au sein du processus de paix.
C’est le même ESPRIT qui souffle au fond des prisons, au cours des visites, dans les démarches d’application du droit et d’assouplissement des peines, dans le cœur des victimes, dans les élus unis pour cette noble cause, le même ESPRIT qui a fait se lever des milliers d’artisans de paix, le même Esprit qui a animé le désarmement de ETA, le 8 avril, le même ESPRIT qui nous rassemble ce soir dans la prière.
Nous célébrons l’évangile de la conversion à cette paix qui nous façonne. Soyons émerveillés.

2/ Mendiko iturri ta errekak egiten dituzte ibai handiak. Atzoko urrats ttipi ta andiak egin dute gaurko bake bide andia. Joxan Artze zenak aipatzen ditu bake desberdinak Bakea etsaien artean, bakea etxekoen artean, bakea ere gure baitan, norberak bere buruarekin egiten duen adixkidetzearen lana.
Eskerrak eman dezaiegun bake haziak erein dituzten guzieri , urrats handi ta ttikien bidez.
Orroitzen naiz duela 22 urte neska ttipi batek igorri ziola, Pariseko kartzelan zen bere Aitari, Euskal Herriko belar ferde txiki bat gutunaren barnean, udaberria jasta dezan. Aitak eskuratu zuelarik gutuna belar hura kendu zioten, Nago ez ote duen belar horrek erroak egin, ez ote dituen bakearen primaderak hautsi kate eta barroteak. ez ote den belar hura bake hazi bilakatu.

Merci à toutes celles et ceux qui ont préparé les chemins de paix depuis plusieurs générations. Merci à toutes les personnes qui ont mis les couleurs de la vie, de la fraternité, de l’espoir alors que dehors c’était la répression, alors que dans les rues c’était la poudre et le sang, et entre nous, l’impasse de l’engrenage de la violence, celle d’en haut et celle d’en bas. Les chemins d’aujourd’hui nous les devons à tous les artisans de paix depuis des années et des années qui ont creusé le sillon et semé l’espérance de la paix. Comme dit Joxan Artze la paix entre ennemis, la paix entre frères de la même famille, la paix en chacun de nous ; et il savait de quoi il parlait, lui qui a été saisi par le Christ alors qu’il était engagé dans la lutte armée et qui venait se ressourcer ici à Belloc.
Sur ce chantier de la paix les petits ruisseaux ont fait les grandes rivières. Toutes les actions, petites ou grandes ont leur place unique : chants, poèmes, prières, sourires, regards apaisés, rencontres, haines surmontées. Il y a eu des grands rassemblements et de multiples liens tissés discrètement où apparaît la renaissance d’un nouveau vivre ensemble.
Je me souviens qu'il y a plus de 20 ans, une fillette avait envoyé à son papa en prison à Paris, une enveloppe avec un brin d'herbe du Pays Basque pour qu’il sente le printemps. Quand le papa ouvrit l'enveloppe l'herbe avait été enlevée par la censure.
Une brimade de plus de la part de l’institution carcérale. Il ne fallait pas que le prisonnier sente le printemps. Je pense à ce brin d’herbe jeté à la poubelle de la prison. Il a germé, il a fait craquer les murs des prisons et des esprits fermés. De l’herbe à la semence, de la semence à l’arbre, de l’arbre à la forêt, cette germination des artisans de la paix a poussé partout dans la population des villages et les villes, dans les dirigeants de chez nous . Il est devenu signe que le Pays Basque a changé.
Merci fillette d’avoir transmis le printemps de la paix à travers les murs gris.
Toutes les personnes de Bonne volonté , nous, vous, moines qui nous accueillez avec chaleur, nous avons chacune et chacun notre brin d’herbe à offrir pour que se réalise l’utopie de la Paix. Laissons monter durant ces vêpres une prière d’action de grâces.

3/ Jondoni PAULOK lotzen ditu bataioa ta bakea: « bataio bakarra da ; Izan apal, ezti, bihotz zabal… ». Bataioak Kristori lotzen gaitu eta harekin bake egile egiten gaitu. Bake bide hoietan da Eliza hazitzen, azkartzen. . Goiz edo berant Elizako artzainak bake xendretarat ateratuko dira herritarrekin eta bataiatuekin bat eginez. Bizkitartean Jesusen inguruan bat egin dezagun. Bere Bakea izan dadila gure urratsen azkurri ta eredu.

Dernier point soulevé par Paul. «Conduisez vous de manière digne de votre vocation de baptisé.»  Notre baptême en Jésus Christ nous engage à vivre en paix, à promouvoir la paix, en commençant par notre propre conversion. L’Église, de part sa vocation, se doit d’être acteur de paix , à la suite du Christ et avec le Christ qui nous dit «je vous donne ma Paix ! » Cette paix au nom de Jésus est unique comme cela a été expliqué au début de cette rencontre: nous en sommes les témoins.
Depuis la veillée pour la paix à Noël 2011, les chrétiens du diocèse de Bayonne portent cette flamme de la Paix, donnent la Parole, prient, favorisent des rencontres hier impossibles, se joignent à la mobilisation fantastique de la société civile.
De la Soule jusqu’ à la Côte basque, nos communautés paroissiales ont été encouragées à s’associer au mouvement de la paix à travers le groupe Atxik Berrituz, Des chrétiens, laics et prêtres, ont pris de belles initiatives, dans la liturgie, dans les revues paroissiales. Nous espérons que les éveques du Pays Basque rejoindront les artisans de paix et les chrétiens des diocèses sur les sentiers de la paix. Monseigneur Zupi, archevêque de Bologne et membre éminent du groupe San Egidio a été et reste un soutien précieux, Mgr Juan Mari Uriarte que nous avions accueilli ici il y a 3 ans, a pris la parole publiquement pour donner son éclairage au processus de paix, Mgr Jacques Gaillot aussi était présent avec nous à Paris. Dans cette abbaye et dans nos communautés, la prière est un moteur important. Nous sommes ensemble cette Eglise, visage imparfait de la Paix du Christ.
Le Christ nous montre le chemin en donnant sa vie pour la paix, en remplaçant la haine par un regard de bienveillance et, la violence, par des actes de fraternité. Il s’agit, comme l’a fait Pierre Claverie, évêque d’Oran, d’aller sur les lieux de fractures, là où il y a de la souffrance pour vivre le respect, l’écoute et la réconciliation possible. Quand des ennemis se parlent c’est un pays qui revit, une société qui renait, c’est aussi une Eglise qui respire la Paix du Christ.
Le chemin de paix partagé avec d’autres personnes de bonne volonté est une chance pour écrire demain de belles pages d’évangile, une chance pour l’Église de Bayonne et du Pays Basque. Seigneur aide nous à rester fidèle à notre engagement évangélique. Seigneur,donne ta Paix à tous les artisans de paix, aux chrétiens engagés à leur côté et à leurs pasteurs. Remplis nous, tous, de Ta Paix. Amen.